3.1  Introduction : améliorer la vitesse de pointage

Du fait des interfaces WIMP (Windows, Icons, Menu, Pointing Devices), une grande partie de l’interaction avec les ordinateurs est actuellement effectuée à l’aide de la souris. La tâche typique est :

  1. repérage de la cible
  2. déplacement de la souris au dessus de la cible
  3. clic sur la cible

La cible pouvant être une icône, un élément d’un menu, une partie d’une fenêtre.


Les moyens quantitatifs avec lesquels nous pouvons évaluer les performances motrices humaines lors d’une tâche d’acquisition de cible sont basés sur les recherches de Fitts (voir par :Loi-de-Fitts).

Pour rappel, la loi de Fitts énonce que le temps du mouvement T requis pour sélectionner une cible de taille W situé à une distance A est : (Fitts, 1954)

\[ MT=a+b\log_{2}(A/W+1)\]

Le problème de l’amélioration du temps de pointage est un domaine de recherche actuellement très actif. On pourra se rapporter à (Balakrishnan, 2004) pour une étude exhaustive des moyens employés pour diminuer ce temps. En considérant l’équation (2), réduire MT peut s’obtenir en diminuant la distance A, en augmentant la taille W, ou adaptant les deux en même temps.

Par exemple, pour diminuer la distance A, on peut utiliser des menus circulaire (pie menus). (Callahan et al., 1988) ont comparé ces menus aux traditionnels menus linéaires que l’on retrouve dans tous nos systèmes d’exploitation, et a observé une amélioration des temps de pointage de 15 à 20%. (Baudisch et al., 2003) ont, quant à eux, proposé de diminuer temporairement cette distance, en étirant les icônes cibles vers le curseur de la souris (figure 3.1).

Figure 3.1 : Diminution de la distance entre l’icône et ses cibles

Pour augmenter la taille de la cible W, il y a eu plusieurs façons de faire : (Worden et al., 1997) ont proposé l’utilisation d’un curseur-région (figure 3.2), à l’inverse d’un curseur-point tel que nous utilisons en manipulant notre souris. Il y a aussi la possibilité de dilater la cible à l’approche du curseur (McGuffin et Balakrishnan, 2002), à l’instar de ce qui se passe sur la barre d’application (le Dock) du système MacOSX d’Apple.

Figure 3.2 : Les curseurs-régions de (Worden et al., 1997) ; à gauche : la sélection avec un curseur-point a lieu lorsque l’intersection des deux segments est sur la cible ; au milieu : la sélection avec un curseur-région a lieu dès qu’une partie du curseur intersecte la cible ; à droite : lorsque plusieurs cibles se trouvent sous le curseur-région, c’est le comportement d’un curseur-point qui est utilisé

Enfin, (Blanch et al., 2004) ont joué sur l’adaptation du gain entre l’espace moteur et l’espace visuel (Control-Display gain). Ce gain augmente quand le curseur s’approche d’une cible, et diminue lorsqu’il s’en éloigne. Le curseur semble alors magnétisé par la cible : il est facile de l’atteindre, et difficile de la quitter. Pourtant, ils ont également noté qu’une telle technique perdait tout son intérêt en présence de distracteur(s) entre la position initiale du curseur et la cible à atteindre, chaque distracteur attirant le curseur.

Cette notion de distracteurs va revenir dans notre approche, comme nous allons le voir.